Chroniques

Les larmes de l’assassin : Un roman qu’il faut lire !❤

Titre: Les larmes de l’assassin

Auteur: Anne-Laure Bondoux

Édition: Bayard Jeunesse

Prix: 13€90

Catégorie: Aventure

À partir de 13 ans 

J’ai trouvé ce roman à la bibliothèque et voyant qu’il était écrit par Anne-Laure Bondoux j’ai été obligé de l’emprunter ! Et quelle bonne idée j’ai eu, ce roman est  tellement beau, émouvant, je l’ai adoré ! 

Résumé: L’homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c’est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d’être rabattues par les rafales de vent, et s’appelait Paolo. Paolo Poloverdo.
C’est lui qui vit venir l’homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n’était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C’était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.

Paolo vit avec ses parents qui ne sont pas très aimant, au fin fond du Chili, là où presque personne ne va. Mais un jour Angel Allegria, un assassin, arrive chez eux. Une relation très forte naît entre l’enfant et cet homme, qui vont être contraints de vivre ensemble. Mais l’assassin est-il capable d’amour?

J’ai été énormément touché par les personnages de ce roman. Paolo est un enfant très innocent et naïf qui n’a jamais vraiment été aimé par ses parents (qui disparaissent rapidement du récit) et qui va vite s’attacher à cet homme dont il connaît les crimes, il l’aimera malgré tout et j’ai réellement adoré la relation entre les deux personnages. Angel Allegria quant-à lui est un assassin sans pitié et extrêmement cruel au premier abord, mais on se rend vite compte que c’est un personnage à double tranchant. D’un côté, c’est un homme qui tue comme si c’était normal, banal, sans se poser la moindre question. Et de l’autre, on découvre un personnage sensible, qui cache un grand vide à combler. Il est réellement prêt à tout pour l’amour de cet enfant , devenant maladivement jaloux de toute personne qui pourrait le rendre heureux plus que lui, jalousie qui est merveilleusement bien retranscrite. Anne-Laure Bondoux a donc réussit à transformer un personnage abjecte que l’on détesterait en un personnage attachant, touchant et profondément humain. 

Tout le récit tourne autour de la relation entre les deux protagonistes principaux que j’ai trouvé bouleversante. J’avais la gorge noué et j’ai même versé quelques larmes. Le début de l’histoire prend des allures de conte, et je ne m’attendais absolument pas à ressentir autant d’émotions. C’est dans la maison coupée du monde et délabrée où à grandit Paolo que les deux personnages se rencontrent et sont contraints (au début) de cohabiter. Un autre homme se joint à eux et ensembles, ils devront rejoindre la ville car ils ne sont plus capables de survivre à cause d’un manque de nourriture. Par ce voyage, on découvre le Chili et des mœurs très différents des nôtres dû au faite que c’est un pays moins développés.Cela m’a un peu perdu au début car je n’arrivais pas à me situer dans le temps. Mais encore une fois, le plus important dans ce roman est la relation excessivement belle qui se tisse entre les deux personnages.

Le style d’Anne-Laure Bondoux est très beau, je l’ai trouvé très innocent et poétique et m’a beaucoup fait penser aux contes de mon enfance.

Voici quelques jolies citations: « Je ne suis qu’un assassin, mais il y a une chose que je sais… Quand on est triste, et qu’on a la chance d’avoir une épaule pour pleurer dessus, il ne faut pas hésiter. », « Dans ce monde, sur cette terre perdue, seuls les morts connaissaient le repos. Les vivants, eux, n’avaient qu’à serrer les dents pour supporter l’existence. », « Tu vois, je suis comme la vigne qui ne peut vivre que sur un seul sol, sur les pentes de tel ou tel coteau, sous un angle précis par rapport au soleil. Si on me déplace, je meurs. », « Acceptez le bonheur, même le plus fou, le plus impensable qui soit. Acceptez le bonheur et faites silence. », « Petite victoire après petite victoire, n’était-ce pas comme cela que l’on devait grandir ? »

Merci beaucoup d’avoir lu ma chronique, j’espère qu’elle vous aura été utile, et vous avez-vous lu ce roman? Vous fait-il envie? Si vous l’avez lu et aimé je vous conseille Tant que nous somme vivant, du même auteur qui est vraiment très beau, très émouvant et que j’ai adoré ! Sur ce, je vous souhaite de très bonnes lectures et je retourne à mes bouquins ! 📚✨

 

Publicités

2 commentaires sur “Les larmes de l’assassin : Un roman qu’il faut lire !❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s